Le prix d’un livre

Si les grosses maisons d’édition ont pu garder les tarifs de leurs livres, les moyennes et petites maisons d’éditons ont du augmenter le prix de leurs livres depuis la crise sanitaire (à cause de la Covid-19) car le prix du papier a explosé suite à une pénurie (cf. l‘article de la Voix du Nord). Si en 2019 on pouvait faire un livre couleur à 10 €, aujourd’hui, on est obligé de fixer le prix du même livre à 15 € pour que le livre puisse rester rentable. Pourquoi augmenter autant le prix du livre ?

Lors de la création d’un livre, il y a plusieurs personnes et entreprises qui entrent en jeu. Avec un livre, l’éditeur doit payer les distributeurs, les diffuseurs, les librairies, les auteurs, les correcteurs, les maquettistes et l’imprimeur.

Voici, ce qu’un livre doit pouvoir payer :

– Le libraire prend entre 25 et 30 % du prix du livre (parfois plus). Il peut passer commande par le distributeur ou directement chez l’éditeur. Dans ce dernier cas, il n’y aura pas de frais de distribution pour l’éditeur. 

– Le distributeur peut également faire diffuseur (dans certains cas). Il distribue les livres partout et fait de la publicité auprès des libraires et autres points de vente. Il prend en moyenne 25 %.

– L’imprimeur demande à être payé en fonction du nombre d’exemplaires imprimés en une fois (tirage). Plus vous imprimez en gros, moins ce sera cher. Le tarif final fait en moyenne entre 15 et 20 % du prix du livre. Il existe aussi des imprimeurs qui font des impressions à la demande mais le pourcentage est alors plus élevé.

– L’éditeur qui doit payer par la suite ses correcteurs et ses maquettistes s’il en a, prend généralement 20%.

– Le reste est pour l’auteur. S’il y a un auteur et un illustrateur, le pourcentage restant est à se partager entre les deux. C’est pourquoi, le pourcentage des droits d’auteur reste très peu élevé en édition à compte d’éditeur.

Aujourd’hui, la question qu’on pourrait se poser est : combien les gens seraient prêt à payer pour acheter un livre ? En effet, nous avons encore les prix d’avant Covid dans nos esprits et voir ainsi les tarifs augmenter n’est pas toujours facile.

Certaines personnes se tournent alors vers les livres numériques qui sont moins chers. En effet, un livre numérique peut se passer de l’impression et de la librairie et les frais se partage comme suit :

– Le distributeur-diffuseur distribue les livres sur toutes les plateformes de vente comme Amazon, Kobo, etc. Il prend en moyenne 30 % car les plateformes prennent elles aussi un pourcentage sur les ventes.

– L’éditeur doit toujours payer ses correcteurs et ses maquettistes s’il en a. En moyenne, environ 35% du prix du livre leur reviennent.

– Le reste est pour l’auteur. S’il y a un auteur et un illustrateur, le pourcentage restant est à se partager entre les deux. Le pourcentage des droits d’auteur est donc plus élevé qu’un livre papier.

Mais ce qu’on touche réellement n’est pas trop différent car le prix d’un ebook reste peu élevé. Par exemple, si un livre papier est vendu à 10 €, son équivalent ebook se situerait entre 4 et 6 € car dans l’esprit collectif, un objet dématérialisé est forcément moins cher.

Vous aimerez aussi...