Comment facturer son travail ? #1

Pour pouvoir vivre en tant qu’illustrateur, il faut parfois prendre les commandes des autres. C’est vrai qu’en tant qu’artiste, nous aurions envie de dessiner ce qu’on veut, quand on veut et de vendre notre création à qui voudrait acheter mais c’est un peu difficile de vivre ainsi.

Alors, il va vous falloir dessiner pour les autres afin de gagner de quoi vivre. Or, il est très compliqué de proposer des tarifs : si vous mettez trop cher, les clients ne viendront pas mais si vous mettez trop peu, les gens vont profiter de vous et vous serez tout de suite submergé de commandes : mais vous n’y gagnerez pas au change puisque vos gains ne seront certainement pas suffisant pour payer toutes les dépenses que vous aurez.

Ici, le but n’est pas d’avoir de l’argent de poche mais bien de pouvoir vivre correctement : pouvoir payer ses frais d’électricité, de gaz, d’eau, d’internet mais aussi son loyer et autres dépenses que vous aurez comme l’alimentation ou les vêtements.

Alors, comment facturer son service ?

Attention, je tiens à préciser que dans cette article, je montre comment moi je fais. Vous n’êtes donc pas obligé de faire comme moi et si ma méthode ne vous convient pas, il existe d’autres façons de facturer les clients et il ne tient qu’à vous de rechercher sur internet comment font les autres. Ce n’est donc ici qu’un exemple parmi tant d’autres que vous pouvez utiliser pour débuter dans votre métier d’artiste. 

Tout d’abord, il faut savoir à qui vous avez à faire. Vous aurez plusieurs types de clients : les particuliers, les PME (petites et moyennes entreprises), les grosses entreprises, les ASBL, …. 

Dans cet article, nous allons nous pencher sur le cas des deux premiers types de clients : les particuliers et les PME.

Pour pouvoir vivre correctement, n’ayez pas peur de vous vendre à un taux-horaire qui va de 25 à 50 € étant donné que vous n’aurez pas de clients tous les jours. Pour exemple, je vais prendre un taux horaire de 30 € pour les particuliers et de 40 € pour les PME. Vous n’êtes pas obligé de faire deux tarifs mais dans mon cas c’est cohérent à cause des droits d’utilisation (vous comprendrez par la suite en lisant l’article).

Certains travaux vous demanderont des jours de travail. Dans ce cas-là, il serait bien de connaitre votre tarif à la journée (8h de travail). Le calcul est simple : vous multipliez par 8 votre tarif horaire. Avec mes exemples, je suis à 240 € par jour pour les particuliers et 320 € par jour pour les entreprises.

Maintenant que vous avez ces informations, c’est à vous de savoir combien de temps vous allez mettre pour faire le travail demandé et de le facturer en fonction.

Dans votre devis, indiquez toujours combien de modifications peut demander le client, sinon certaines personnes peuvent abuser : par exemple, dire qu’il peut proposer ses idées tant qu’il le souhaite au stade de brouillon (dans la limite de ce qui a été validé) mais une fois le travail au propre commencé, il peut faire jusqu’à trois modifications mineures (toujours dans la limite de ce qui a été validé) mais que si les modifications demandées ne cadrent plus avec ce qui a été validé, alors ce sera un autre devis.

Pour définir les besoins du client, vous pouvez vous référer à mon article « Définir les besoins du client« .

Pour les PME, j’ai intégré les droits d’utilisation dans mon tarif/horaire, d’où la différence de tarif. Pour un particulier, comme l’utilisation de l’illustration sera uniquement dans un cadre privée, on ne lui facture généralement pas de droits d’utilisation : par contre, mettez bien dans votre devis et dans votre facture que le particulier n’a pas le droit d’utiliser votre œuvre comme bon lui semble et qu’il ne peut utiliser votre illustration que pour l’occasion demandée : par exemple, si c’est un faire-part de naissance, ce sera uniquement pour ça. (cf. l’article « comment rédiger une facture ?« )

Vous aimerez aussi...