C’est quoi un otaku ?

Pour la plupart des français, le mot otaku serait synonyme de geek. Moi aussi, à l’époque de cette illustration à gauche en 2009, j’avais traduit le mot « Otaku » (utilisé par l’interlocuteur du téléphone) en « Geek » sans trop me poser de questions.

Mais que veut vraiment dire ce mot en japonais ?

Avant que le mot Otaku devienne connu, au Japon, on utilisait ce mot pour désigner la maison. Par exemple :

「お宅はどちらで すか ?」(Otaku ha dochiradesuka ?) veut littéralement dire « Où est votre maison ? » (Où habitez-vous ?). C’est un mot soutenu composé de la préposition honorifique « o » et du nom commun « taku » qui signifie « chez-soi ».

Par la suite, le mot « otaku » a été utilisé de façon ironique pour désigner les personnes renfermées mais dans leur monde (à ne pas confondre avec les Hikikomori qui sont des personnes vivant recluses chez eux, incapables d’en sortir dû à un choc psychologique). Mais attention, pas dans le sens de timide ou introverti mais dans le sens où ils sont trop passionnés au point d’être obsédées et de ne plus faire attention aux autres.

Le mot « Otaku » dans les 90 était très péjoratif car il incluait la notion d’obsession. Une personne otaku préférait sa passion plutôt que sa vie (par exemple, un otaku irait se ruiner à acheter le dernier produit qu’il aime plutôt que de s’acheter de quoi se nourrir ou se vêtir). Et pourtant, le mot otaku est de plus en plus utilisé et au début des années 2000, il devient le synonyme péjoratif du mot « passionné ».

Un otaku n’est donc pas forcément un fan de mangas, d’animations japonaises ou de jeux vidéo. On peut être un otaku de tout et n’importe quoi. Par exemple, un « densha otaku » est un passionné de train et il y en a énormément au Japon. Un « manga otaku » est donc un passionné de manga.

Cependant, aujourd’hui on imagine encore un otaku avec de grosses lunettes et des vêtements de sport, comme quelqu’un qui se négligerait. Et pourtant, il y a des otakus qui s’habillent à la mode et qui ne ressemblent pas à ce que l’on imagine d’un otaku. Car de nos jours, un otaku est tout simplement une personne passionnée.

Alors, pourquoi ne dit-on pas tout simplement « un passionné de manga » plutôt qu’un « manga otaku » ?

Dans la société japonaise, il est plutôt de norme de ne pas se démarquer des autres et donc de suivre le mouvement. Or, lorsqu’on est passionné, on ne peut pas s’empêcher de vouloir parler de ce qui nous anime et de donner son avis. Ce qui peut faire penser aux autres qu’on est bizarre et comme on ne rentre pas dans les normes, on les désigne de façon péjorative d’otaku. Pour donner un exemple court : une personne vous embête avec sa passion, vous le traitez d’otaku car cette personne ne se tient pas comme il se doit en société et qu’il se croit chez lui à parler de ce qui lui plaît. 

Quand on a envie de dire quelque chose mais qu'on se retient...:-)

Et pourtant, être passionné n’est pas une mauvaise chose. La société japonaise a un peu évoluée et aujourd’hui, d’après une étude menée par la société Dip, une personne sur trois au Japon se considère comme otaku bien qu’ils ne disent pas haut et fort qu’ils ont une véritable passion, car il est toujours de norme de rester calme et de suivre le mouvement de la majorité en société. 

Vous aimerez aussi...